mercredi 17 janvier 2018

Figure

Elle est invincible cette femme
elle reste campée sur ses deux cuisses d'argile
soleil vainqueur, scrute la colline
même quand le linge s'est imprégné des cris
qui échappent à la langue
même lorsque la pluie tombe dure
dans la cuisine ou la chambre
elle sourit
d'un sourire insondable de chat
elle est debout
même quand son enfant reçoit un numéro d'écrou
et que le trajet de bus, le sac de nylon sur les genoux, est à ciel ouvert à cœur ouvert
elle ne s'écroule jamais cette femme
une forêt d'esprits l'environne
ses pas mesurés flottent à la surface d'une terre qui ne l'a pas vu naître
une ronde d’ombres douces pour
de ses oreilles de ses yeux
faire tomber tous les signes et les pièges
qui campent dans ses nuits
elle respire auprès des machines
le jour l'esquive
et les dettes de la grosseur du poing, explosives, se dédoublent et s'accrochent aux murs,
sales comme le charbon
dans cette petite ville sans issue
un pollen guérisseur s'épuise
derrière ses dents blanches
on l'arnaque la floue la pousse dans la fumée
mais elle remonte à la surface sans colère
son échine tremble sans rompre sous le vent
feuilles tendres au bout des doigts
cette femme
elle parle doucement elle murmure elle prie
elle est dans le mouvement de l'herbe ou de la ville
elle tient

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire