dimanche 27 août 2017

heure cassée


Il est assis au bord du lit
tout dans la pièce est hors d'atteinte
collée à ses lèvres, une cigarette se consume lentement
le jour de fer blanc, que les stores à demi fermés retiennent dehors
dénude tout de même un bras de poussière
comme une tornade de sable minuscule, ralentie
il tourne le dos à la piscine dans la cour intérieure
il n'a pas vu encore le motif de plante grasse de ses eaux immobiles
immobiles, comme lui,
à ses côtés le costume de jais s'étire de tout son long
un double de lui-même, dépassionné
du bout des doigts il effleure le tissu mat
un coup d’œil à l'horloge
le bois vernis s’effacera sans lui sous les pelletés de terre
il n'ira pas.

Le souffle étouffé d'un avion lui parvient
doux, rassurant parce qu'il ne porte pas de message
sur l’écran face à lui
le lion d'une savane incolore
vient de sauter sur les flancs de sa proie



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire