dimanche 24 juillet 2016

Synthèse

Face aux heures amoncelées sur la ville
unie et close
il pense aux plantes quand elles deviennent des palais intimidants
et finissent par ne plus répondre
il pense aux ciels qu'il n'a pas touché
saturés d'escadrons de myrrhe, de résine
aux fruits comme des avaries solaires, prêts d'éclater
les taches de cobalt sur la carte
se sont sans doute les larmes du peintre
la vie s'est chargée de les vitrifier
il redessine deux corps
dans l'air instable
deux corps emmiellés
tombés sans hâte
entraînés par la lumière dans une danse hermétique
deux corps comme des criques amères
deux corps
dans la course suave de leur floraison
hymne brûlé

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire