lundi 26 septembre 2011

A l'absence arraché

Les pleins   et les   déliés         
De la roche
Où baigne l’
Astre sans conscience
Le souffle court marque
L’échouage

J’ai voulu me soustraire
           m’étendre
           et me perdre
Que le sable immémorial
Qui lave les Empires
Ne glisse pas sur moi
J’ai même fui les
Contrepoints de la faune
Je voulais être
Le souvenir
Et le sang
Ne sécheraient pas
Aux cavatines cruelles
De l’Histoire

Mais la chair m’a dit
Qu’on ne s’échappait pas

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire