dimanche 31 juillet 2011

Le poids du sable

Benjoin féal
Des mystères ocrés      
Pays du miel
   Sans miel
La lune rouge
Abreuve les hommes
   Et la poussière,
Les degrés des
           Temples
Finissent sur
L’Ether
Et la myrrhe
A prunelles de flamme
Veille à l’ivresse du profane.
Les tombes sont en pain des
                    Siècles
Le long du fleuve
Des Dieux chats

Je ne vous ai jamais vu,
Vos champs sont de soleil
Mais le sang ancestral
Pèse
Pèse à jamais ;
Mortel,
L’ombre s’éploie
Sur la liqueur du
        Monde
A ton bras fleurira
Le legs du sable,
Deux perles carmin

C’est écrit,
Tu n’iras pas
Jusqu’où
Versent les vies sereines

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire