vendredi 17 juin 2011

Nation bistre

Les caravelles albescentes
        S’épuisaient
Sur la mer suspendue
Pas d’éclat,
Jusant lavique
              Et   pluie   d’aventurine
 

Adieu
Carcasse !
Je fus ta vermine, comme tant d’autres
Adieu peau de
Suie
 

Sur mon épaule se penchent déjà
Les cimes
Les fontes argentines
      J’y plongerai mes paumes salingues
Hélas.
 

Je cracherai sur l’herbe
Ta soie,
Nature
Rien ne brille que les feux de Saint-Elme
 

Odieux silence !
J’ai
Quitté
L’armée
Régulière
Des
Hommes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire